La santé

Traitement de l'algoménorrhée: la vie est-elle possible sans douleur ces jours-ci?

Pin
Send
Share
Send
Send


Plus de la moitié des patients qui s'adressent à des établissements médicaux en raison de règles douloureuses sont atteints de dysménorrhée. Qu'est ce que c'est Dysménorrhée (synonymes: algoménorrhée, menstruation douloureuse) signifie littéralement en grec «difficulté du flux menstruel». Cette maladie couvre tous les problèmes associés à l'inconfort des saignements menstruels chez les femmes. Il est plus fréquent chez les personnes minces, sujettes aux évanouissements, atteintes de maladies du système vasculaire.

Attribuez 2 types de patlogiya:

  1. Dysménorrhée primaire (survient chez les filles et les femmes à partir du moment de la première menstruation jusqu'à l'âge de 30 ans et est le plus souvent le résultat de troubles hormonaux).
  2. Dysménorrhée secondaire (Le diagnostic est posé aux femmes à partir de 30 ans ou moins, atteintes de maladies concomitantes de la sphère gynécologique).

Quelles sont les causes de l'algoménorrhée

La dysménorrhée primaire chez les adolescentes et les femmes de moins de 30 ans peut survenir pour 3 types de raisons:

  1. Troubles hormonaux.
  2. Physiologie du patient.
  3. Attente psychologique de la douleur.

Chez les adolescentes, la menstruation douloureuse est souvent causée par une production accrue d'hormone. Dans le cas d'une quantité excessive de dopamine, d'adrénaline ou de noradrénaline, le type adrénergique de la maladie est déterminé, si la sérotonine prévaut, le type parasympathique est alors diagnostiqué. Un excès d'hormones entraîne une réduction de l'utérus, ce qui provoque des douleurs à l'abdomen.

Les causes physiologiques possibles d'inconfort pendant la menstruation peuvent être appelées un canal étroit de l'utérus (peut être dû à une maladie) ou une anomalie physiologique du col de l'utérus postérieur (rétroversion de l'utérus). Dans le même temps, il y a une augmentation de la douleur lors du passage du tissu de l'endomètre rejeté par le canal cervical. Souvent, ce processus est difficile et l’utérus subit un stress dû à son trop-plein de sang menstruel, ce qui provoque une douleur.

Après avoir ressenti une gêne au cours de la période de saignement menstruel, la femme commence à craindre le cycle suivant. Cela peut déclencher une perception plus forte de douleur mineure. Il y a souvent une augmentation des attaques douloureuses lors de situations stressantes.

Les causes de la dysménorrhée secondaire sont cachées dans les maladies gynécologiques existantes ou précédemment transférées. Plusieurs pathologies peuvent être à l’origine d’une gêne lors des saignements menstruels:

Adhérences dans l'utérus. Se produisent souvent en présence de maladies inflammatoires dans l'histoire des femmes. Synechiae peut couvrir non seulement l'utérus, mais également l'appareil ligamenteux. Les sensations douloureuses sont causées par la pression mécanique exercée sur les parois de l'utérus lorsque celui-ci est surchargé de tissus de l'endomètre rejetés, ce qui renforce sa contraction.

Cicatrices sur la gorge de l'utérus ou rétrécissement du col de l'utérus. Avec certaines manipulations chirurgicales ou mécaniques effectuées par voie intra-vaginale (curetage, effets sur l'expansion du canal cervical, élimination de l'érosion, interventions chirurgicales), des cicatrices se forment. Ces tissus sont moins élastiques que les tissus normaux du col et rendent difficile la pénétration de l'endomètre dans le vagin. En conséquence, pour leur expulsion du corps de l'utérus, une contraction plus intense est nécessaire, c'est ce qui cause la douleur.

Nœuds sous-muqueux (excroissances bénignes se développant à l'intérieur de l'utérus). Souvent, les nœuds atteignent des tailles importantes et empêchent la sortie de l'endomètre. Les muscles réagissent avec des contractions intenses qui provoquent des douleurs.

Endométriose. Les tissus tapissant l'utérus peuvent se propager à la région ovarienne, aux organes du péritoine, au vagin. Sous l'action des hormones, ils augmentent cycliquement avec la pression croissante sur les parois de l'organe, ce qui provoque une douleur arquée au bas de l'abdomen.

Varicocèle. Maladie causée par les varices situées dans le bassin. Avec cette maladie, la douleur peut être présente en permanence et s'intensifier avec le début des règles.

Dispositif intra-utérin. Si l'installation est de mauvaise qualité ou si une réaction individuelle du corps peut entraîner une gêne lors du saignement menstruel.

Première étape

L’algoménorrhée de ce type se produit chez environ 30% des femmes. Douze heures avant le début des règles, les filles commencent à ressentir une gêne au bas de l'abdomen (douleur étouffante ou douloureuse). Au début de la menstruation, les douleurs deviennent plus prononcées dans la nature, il est possible de transmettre des sensations à l'anus, au bas du dos ou à la vessie. Ces signes persistent un ou deux jours après le début du saignement et, dans les jours qui suivent, la femme n’est perturbée par rien. La dysménorrhée peut affecter légèrement les performances ou l'activité d'une femme.

Deuxième étape

En l'absence de traitement du premier stade, la maladie peut passer au deuxième stade de développement ou commencer à se manifester à partir de ce stade. Les symptômes de douleur intense sont complétés par des signes de malaise général. Il y a une faiblesse, la fatigue, la température corporelle peut atteindre 38 degrés, à partir du tractus gastro-intestinal, des nausées sont possibles. Il y a un mal de tête, des frissons. Le système nerveux réagit par un trouble du sommeil (insomnie à une somnolence accrue tout au long de la journée), une boulimie, une irritabilité accrue et même des états dépressifs. Souvent, ces patients sont hantés par une intolérance à certaines odeurs et une sensation de faim ou un manque d'appétit complet. Une telle dysménorrhée réduit considérablement les performances et perturbe le mode de vie habituel.

Troisième étape

Peut se développer indépendamment ou se développer à partir du premier ou du deuxième stade. C'est le cas le plus rare de dysménorrhée et survient chez environ 15% des femmes. Les douleurs abdominales deviennent insupportables, donnent à la colonne lombaire, accompagnées de maux de tête et une faiblesse générale tout au long du cycle menstruel. Les symptômes concomitants sont similaires à ceux d'une intoxication alimentaire (fièvre, diarrhée, vomissements et nausées) ou d'une maladie cardiaque (tachycardie, douleur dans la région du coeur).

Il y a souvent une perte de conscience. Une caractéristique de cette sévérité de la dysménorrhée est le manque d’action des analgésiques conventionnels (analgésiques). Les patients perdent complètement leurs performances pendant la période de menstruation.

Les sensations désagréables peuvent être complétées par un gain de poids dans la période précédant le début des règles, la distension abdominale et la constipation. Lorsque les caillots sanguins quittent l'utérus, la douleur augmente.

En cas de dysménorrhée secondaire, la sensation de douleur augmente avec les contacts sexuels et les symptômes sont complétés par des signes de maladies des organes génitaux ou péritonéaux à l'origine de la maladie.

Diagnostic de pathologie

Lors du diagnostic, il est nécessaire d'établir la cause exacte de la maladie. Pour cela, vous devez effectuer un examen général et gynécologique détaillé (à l'aide de miroirs), afin de passer une série de tests:

  • Un test sanguin pour déterminer le statut hormonal (plusieurs fois au cours d'un cycle).
  • Analyse des IST (maladies vénériennes).
  • Frottis vaginal.

Il est également nécessaire de procéder à une échographie complète des organes pelviens, y compris l'utérus, les ovaires et la vessie. Un certain nombre d'examens spéciaux sont effectués à l'hôpital:

  • La laparoscopie (une des méthodes de chirurgie mineure, qui permet d'étudier tous les organes de l'intérieur à travers plusieurs petites perforations de la paroi abdominale).
  • L'hystéroscopie (l'étude des parois internes de l'utérus est réalisée à l'aide d'un appareil spécial).

Pour déterminer l'origine des maux de tête et déterminer les pathologies du travail du SNC, une étude d'encéphalographie est prescrite. Si vous suspectez la présence de tumeurs, bénignes ou malignes, une étude est réalisée à l'aide d'un imageur à résonance magnétique.

Quelles complications cette maladie peut-elle causer?

Si la dysménorrhée n'est pas traitée, il existe 2 types de complications possibles:

  1. Complications de la sphère sexuelle. Ils incluent le développement des étapes ultérieures de la pathologie elle-même, conduisant à l'intensification des symptômes déjà existants, au développement de maladies provoquant une dysménorrhée secondaire et, par conséquent, à la stérilité, à la prolifération de tumeurs bénignes et à leur transformation en tumeurs malignes.
  2. Complications de nature psychologique (dépression prolongée, psychose, névrose)

Comment traiter?

Le traitement de la dysménorrhée primaire est effectué par 3 groupes de médicaments:

  • Drogues progestatives.
  • Contraceptifs oraux et injectables de nature hormonale.
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Le premier groupe de médicaments est constitué d’hormones naturelles ou de leurs analogues de production synthétiques, qui affaiblissent les contractions utérines et contribuent à la formation d’œstrogènes. Les médicaments normalisent la durée du cycle menstruel.

Les contraceptifs internes sont utilisés dans le traitement des femmes ayant des rapports sexuels. Ils contiennent également de l'œstrogène ou son équivalent synthétique. Le mécanisme d'action est le même que celui du groupe de médicaments progestatifs. Grâce à leur utilisation, les risques de formation de néoplasmes dans l'utérus, de survenue d'une grossesse extra-utérine et d'élimination de l'acné et d'autres défauts esthétiques de la peau sont réduits. Il est possible d'utiliser des drogues injectables ayant les mêmes propriétés.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) soulagent la douleur et sont utilisés directement pendant les règles. Valable de 2 à 6 heures. Utilisé chez les patients ne souhaitant pas utiliser d'hormones ou chez les femmes présentant des contre-indications à l'utilisation d'hormones.

Pour le traitement de la dysménorrhée secondaire, il est nécessaire de se débarrasser de la maladie qui a provoqué l'apparition de la douleur. Après avoir découvert la cause de la pathologie, ils effectuent un traitement médical ou chirurgical. A ce stade, on prescrit au patient des AINS pour soulager les symptômes de l'algoménorrhée.

Vous ne pouvez pas tolérer des menstruations douloureuses et prenez des analgésiques de manière incontrôlée. Pour chaque médicament, il existe des contre-indications à l'admission, ainsi qu'une liste des effets secondaires. La quantité d’hormones produites par le corps de la femme influence le dosage des médicaments hormonaux (en cas de dysménorrhée primaire) et leur schéma thérapeutique. Il est donc extrêmement important de consulter un médecin pour vous prescrire le traitement approprié.

Qu'est-ce que l'algoménorrhée et la classification de la pathologie?

La dysménorrhée peut survenir à partir de la période des premières règles - la formation de la menstruation. Mais le plus souvent, les filles commencent à remarquer l’apparition de règles douloureuses à l’âge de 17-19 ans. La classification de la pathologie est la suivante:

  • primaire (spasmodique) - la douleur n'est pas associée à d'autres maladies, résultant d'une perturbation du système de l'hypothalamus-hypophyse-ovaire-utérus, ainsi qu'à la biosynthèse anormale des prostaglandines,
  • secondaire (organique) - se produit dans le contexte d'autres maladies, telles que l'endométriose, le myome.

Selon la gravité de la douleur, il est habituel de distinguer trois stades de la dysménorrhée. Les données présentées dans le tableau.

Tableau - Détermination du degré d'algoménorrhée

Dysménorrhée primaire ...

Jusqu'à la fin, les aspects physiopathologiques de la dysménorrhée primaire n'ont pas été établis. On pense que la violation de la relation entre l'hypothalamus, l'hypophyse et les organes génitaux entraîne un déséquilibre hormonal. Cela entraîne une augmentation des prostaglandines, de l'ocytocine et d'autres substances actives. Tous stimulent les contractions utérines, entraînant des spasmes musculaires, une irritation des terminaisons nerveuses et augmentent ainsi la sensibilité.

Un rôle particulier est attribué aux prostaglandines, dont le niveau augmente au cours de la deuxième phase.
En cas de déséquilibre entre les œstrogènes et les gestagènes, leur formation est renforcée. Cela entraîne l'apparition de douleur. Les prostaglandines affectent non seulement les tissus de l'utérus, mais également d'autres organes. Il provoque des réactions systémiques, telles que maux de tête, vertiges, nausées, évanouissements.

La dysménorrhée primaire survient plus souvent chez les filles de physique asthénique, de masse corporelle faible, de dysfonctionnements végétatifs et impressionnables.

... et secondaire

Chez les femmes du groupe des personnes plus âgées, les causes de l’algodiménorrhée peuvent être cachées dans d’autres maladies. Le plus souvent, la douleur pendant la menstruation donne les conditions suivantes.

  • Fibromes utérins. On observe des douleurs dans les grosses tumeurs (plus de 4 à 5 cm), dans les zones sous-cutanées, dans la malnutrition des fibromes, ainsi que dans le ganglion "naissant". Une femme constate une douleur lancinante dans le bas de l'abdomen, dans le bas du dos, sans localisation claire.
  • Foyers endométriaux. Toute localisation de l'endométriose entraîne des douleurs, à l'exception de l'emplacement sur le col de l'utérus. Lorsqu'un péritoine pelvien est impliqué dans le processus (même de 1 à 2 mm), la femme ressent des douleurs persistantes et, à l'emplacement de la croissance dans la cavité utérine rectangulaire, un poignard pointu dans le périnée.
  • Formation ovarienne. Les tumeurs entraînent une compression des tissus, une irritation des terminaisons nerveuses. La douleur peut survenir pendant les rapports sexuels et dans certaines positions. L'éducation de petite taille peut être asymptomatique.
  • Malformations des organes génitaux. La présence de septum dans la cavité, le doublage complet ou partiel des organes entraînent une contraction utérine anormale, provoquant des douleurs.
  • Processus adhésif. Formé après avoir subi une inflammation des organes génitaux, ainsi qu'après des interventions chirurgicales, par exemple, l'ablation de kystes, une grossesse extra-utérine, des ganglions myomateux, après une césarienne.
  • Inflammation des organes génitaux. Dans le même temps, les femmes remarquent des douleurs tout au long du cycle, mais leur amélioration est précisément pendant la menstruation. Également accompagné de plaintes de décharge lourde et de leur odeur désagréable.
  • Marine installée. Le corps étranger provoque une réaction inflammatoire aseptique chronique et une augmentation du contenu de prostaglandines dans le myomètre. Cela conduit à une activité contractile excessive et à la douleur. De plus, le DIU peut être inconfortable lors du déplacement ou de la précipitation partielle, et plus souvent pendant les règles, en raison de l’ouverture du canal cervical.

Les femmes souffrant d'algodysménorrhée sont sujettes à l'hypochondrie, à la dépression et à l'hystérie. Souvent, ils rejettent les idées sur la menstruation. Ces perturbations du système nerveux central sont également une conséquence d'un déséquilibre des hormones sexuelles, des troubles de la synthèse des prostaglandines. La dysménorrhée secondaire survient souvent chez les femmes après 35 à 40 ans sur fond de pathologie gynécologique existante.

Malgré la diversité des causes et du mécanisme pathogénique de la douleur, les symptômes de l’algoménorrhée chez la femme sont similaires.

C'est la plainte principale de la dysménorrhée. Pour la douleur, vous pouvez choisir les caractéristiques suivantes:

  • surviennent - à la veille de la menstruation ou dans les premières 24 à 48 heures,
  • les plus douloureux sont les premiers jours
  • caractère - pointu ou terne, paroxystique,
  • localisé - souvent dans le bas de l'abdomen, sous le nombril,
  • il peut y avoir des maux de dos - ainsi que le sacrum et le bas du dos.

Autres manifestations

Les signes d’algoménorrhée chez les femmes incluent des plaintes du système nerveux autonome, une perturbation du système endocrinien et un statut psychoémotionnel.

  • Troubles mentaux. Irritabilité, tendance à la dépression, troubles du sommeil, modification des préférences gustatives et perception particulière des odeurs.
  • Échange-symptômes endocriniens. Les femmes signalent une faiblesse générale, «pieds rembourrés», gonflement du visage et du corps, démangeaisons cutanées, augmentation de la fréquence et du volume des mictions.
  • Perturbations végétatives. Ceux-ci incluent des selles anormales (diarrhée ou constipation), des muqueuses sèches, des ballonnements, une envie fréquente de déféquer et d'uriner, des nausées, des vomissements, des frissons, une transpiration accrue.
  • Changements végéto-vasculaires. Maux de tête et même migraines, perturbation de la sensibilité par le type de paresthésies ("fourmis en cours d'exécution"), douleur dans la région du cœur et sensation d'interruption du travail, baisse de la pression artérielle.

En cas d'urgence pour un médecin

Habituellement, les filles qui ont des règles douloureuses savent à l'avance à quoi s'attendre. Mais les situations suivantes doivent être vigilantes et devenir une raison pour aller chez le médecin:

  • il n'y avait pas une telle douleur avant
  • On sait qu’il existe des tumeurs (kystes ovariens)
  • vertige, faiblesse, pression diminue,
  • douleur sur le fond de saignement abondant.

Les causes

Les causes de l'algoménorrhée ont une nature différente. L'algoménorrhée primaire peut se développer en raison de:

  1. Perturbations mécaniques. Ceux-ci incluent toute condition qui empêche une sortie saine du sang menstruel.
  2. Endocrinien - synthèse active, dégradation retardée des prostaglandines, responsables de la contraction du muscle utérin. Le nombre de contractions des muscles de l'utérus augmente, des spasmes artériels apparaissent, ce qui aggrave l'irrigation sanguine du myomètre, ce qui augmente la sensibilité de l'utérus à la douleur. Il en résulte un syndrome douloureux, une diarrhée, des nausées, une tachycardie, des frissons, une hyperhidrose, des vertiges.
  3. Étiologie causes neuropsychiatriques кроется в индивидуальном снижении болевого порока, неприятии женской сущности, отрицание сексуальной жизни и себя в качестве женщины, матери.
  4. Les raisons constitutionnelles incluent - myomètre sous-développé, hypoplasie de l'utérus, faiblesse de ses muscles ne pouvant s'étirer suffisamment pour que tout le sang menstruel tienne dans la cavité de l'organe. Cela provoque des irritations et des douleurs.

L'algoménorrhée secondaire se développe chez la femme en raison de maladies gynécologiques, d'un traitement chirurgical antérieur, de pathologies de l'utérus, de lésions dues à un travail compliqué, de curetage. L'adénomyose, l'endométriose externe, est la cause la plus fréquente de développement d'une affection secondaire.

Le processus de séparation de la couche fonctionnelle s'accompagne d'un processus irritable, provoquant une augmentation active du nombre de prostaglandines. En conséquence, la femme est confrontée à une douleur intense, un malaise général. Dans certains cas, les fibromes interfèrent avec la circulation du sang menstruel, ce qui explique l'apparition d'un syndrome douloureux grave.

La pathogenèse de la forme secondaire est souvent associée au développement de maladies inflammatoires chroniques. Les processus inflammatoires provoquant des adhérences, qui perturbent la localisation de l'utérus, ont formé des obstacles à l'écoulement du sang menstruel. Les processus inflammatoires provoquent l’apparition d’un œdème dans les tissus qui compriment les fibres nerveuses, ce qui aggrave les contractions du muscle utérin.

Les experts parlent constamment de l’importance d’un traitement rapide de l’inflammation émergente. Le processus lancé entraînera de nombreuses complications, notamment une pathologie telle que l’algoménorrhée.

L'algoménorrhée en clinique nécessite une attention accrue de la part de la femme et du médecin traitant. Les symptômes les plus courants de la maladie - la douleur avant, pendant et après la menstruation. Habituellement, ils atteignent le plus haut degré pendant la menstruation. Assez souvent, une gêne, une douleur surviennent avec une faiblesse générale.

La forme première de la pathologie, en règle générale, est diagnostiquée chez les jeunes filles, qui commencent tout juste à établir un cycle menstruel. Beaucoup ont un manque de poids visible, la psyché peut être labile. La douleur au cours de la menstruation de type secondaire se produit plus souvent chez les femmes qui ont franchi le quarantième anniversaire. Lors de l'entretien, le médecin découvre que la femme a subi un avortement artificiel dans le passé. La pathologie est accompagnée des maladies gynécologiques existantes. Beaucoup de femmes souffrent d'infertilité.

Dans les formes primaires d'algodismenorrhea, la fille fait face aux manifestations suivantes:

  • maux de tête
  • s'évanouir
  • douleur au coeur,
  • vomissements
  • troubles de la mémoire
  • trouble de l'alimentation
  • dépression
  • l'insomnie
  • somnolence constante,
  • état émotionnel instable.

Assez souvent, la maladie s'accompagne de douleurs articulaires, de flatulences, de bouche sèche, d'éruptions cutanées et de démangeaisons.

Lorsqu'une femme rencontre une forme secondaire de pathologie, elle peut présenter les symptômes suivants:

Une femme devrait savoir que la douleur persistante pendant la menstruation n'est pas une condition normale, mais un symptôme d'une pathologie en développement.

La douleur indique un problème, elle se manifeste avant l’apparition de la menstruation pendant 12 heures. Peu à peu, les impulsions se développent, couvrant le bas-ventre, la région lombaire. Au premier stade du développement de la pathologie, la douleur est observée pendant plusieurs heures, puis se retire. Il se produit périodiquement dans les premiers jours de la menstruation, sans causer beaucoup de problèmes, la femme continue à vivre comme d'habitude. Le stade secondaire est caractérisé par une douleur constante tout au long de la menstruation. Cela affecte négativement la vie d'une femme, sa capacité de travail diminue.

Algoménorrhée primaire

L'étiologie de cette forme de pathologie n'est pas complètement élucidée, mais la pratique clinique montre que le syndrome douloureux survient le plus souvent chez les jeunes filles de taille mince, excitables émotionnellement et parfois diagnostiquées avec la dystonie végétative.

Selon les dernières recherches scientifiques, il existe deux types de dysménorrhée primaires:

  • adrénergiques, causés par une modification des niveaux hormonaux, une augmentation des taux sanguins d'adrénaline et de dopamine, entraînant une tachycardie, des problèmes du tractus gastro-intestinal,
  • Le parasympathique, résultant de taux élevés de sérotonine, se caractérise par un œdème, une diarrhée et une douleur abdominale grave grave.

Et voici plus d'informations sur les infections génitales cachées.

Algoménorrhée secondaire

Avec l'âge, les menstruations douloureuses sont généralement associées aux problèmes existants dans les organes du système urogénital. Parmi les causes les plus courantes d'algodysménorrhée sont les suivantes:

  • Fibromes utérins. En règle générale, les plaintes des patients sont associées à une douleur lancinante dans le bas de l'abdomen irradiant vers la région lombaire. Le syndrome douloureux survient lorsque la taille de la tumeur est importante, lorsqu'elle dépasse 5 cm et qu'elle est située dans un sous-sol, avec une violation de l'apport sanguin à la formation, ainsi qu'au stade initial de l'apparition du noeud du myome.
  • Endométriose. Les douleurs sont localisées dans le périnée et les femmes les décrivent comme des aigus et des «poignards». En même temps, dans le bas-ventre, ils tirent.
  • Tumeurs dans les ovaires. Le syndrome douloureux survient lorsque la taille de la tumeur est importante, les petites tumeurs ne causant aucune gêne. La douleur survient en raison de la pression exercée par les formations sur les tissus et est perturbée pendant les rapports sexuels ou dans une certaine position du corps.
  • La présence d'adhérences résultant du processus inflammatoire dans l'utérus ou les trompes de Fallope, ainsi qu'après des interventions chirurgicales, par exemple, grossesse extra-utérine, avortement, césarienne.
  • Maladies inflammatoires. Habituellement, avec de telles pathologies, la douleur dans le bas de l'abdomen est constamment présente, mais pendant la menstruation, elle est significativement augmentée.
  • Le dispositif intra-utérin peut provoquer l’inflammation et une augmentation du taux de prostaglandines, ce qui provoque une contraction utérine et des douleurs.

L’algoménorrhée secondaire est souvent le résultat d’un déséquilibre hormonal, qui affecte l’état du système nerveux de la femme. Souvent, avec une telle pathologie, ils sont sujets à la dépression, à l'hystérie, à des réactions inadéquates au début des jours critiques.

Pour les causes de l'algoménorrhée, voir cette vidéo:

Symptômes chez les adolescentes et les femmes adultes

Les manifestations de l'algoménorrhée sont similaires dans les deux types de pathologie, mais chez les filles, elles se limitent généralement à des spasmes périodiques sévères dans le bas-ventre avec des douleurs constantes à la traction dans la région sus-pubienne. Parfois, le malaise est transmis à la région lombaire. Le syndrome douloureux apparaît au cours des 1 à 3 premiers jours de la menstruation, il augmente avec les saignements abondants.

Chez la femme adulte, la douleur de l'algoménorrhée peut avoir un caractère différent: elle peut être aiguë, paroxystique, coupante, tirante, sourde.

En plus de la douleur et des spasmes, les femmes en âge de procréer se plaignent souvent de troubles du système endocrinien et nerveux, ainsi que de modifications de leur état émotionnel et mental.

En général, l'algodysménorrhée se caractérise par les symptômes suivants:

  • Problèmes avec le psychisme et l'état émotionnel. Cela se traduit par une irritabilité accrue, une incapacité à contrôler les émotions, une dépression, des troubles du sommeil, une sensibilité accrue aux odeurs, l'apparition d'habitudes alimentaires inhabituelles.
  • Troubles endocriniens Manifesté par le gonflement des premiers jours du cycle menstruel, la faiblesse générale du corps, des mictions fréquentes, des problèmes de peau.
  • Changements végétatifs. Des problèmes de problèmes intestinaux, ballonnements, flatulences, nausées, transpiration, fièvre légère et autres sont notés.
  • Troubles végéto-vasculaires. Céphalées constantes pouvant se transformer en migraines, troubles du rythme cardiaque, tachycardie, élévation de la pression artérielle.

Comment diagnostiquer l'algodismenorrhea

Les méthodes d’examen comportant des symptômes caractéristiques doivent viser à identifier les causes exactes de douleurs aiguës dans le bas de l’abdomen au cours des premiers jours du cycle menstruel. À cette fin, une recherche clinique et de laboratoire complète est menée, incluant les méthodes suivantes pour le diagnostic de l'algoménorrhée:

  • Les antécédents, au cours desquels le moment de l'apparition, la nature et la durée de la douleur, ainsi que le lien entre leur survenue et la période du cycle menstruel sont précisés

  • Test de diagnostic avec introduction d'anti-inflammatoires non stéroïdiens: si la douleur cesse immédiatement après leur introduction, on peut parler de la forme principale de la pathologie provoquée par une concentration élevée d'hormones éicosanoïdes.
  • Évaluation du statut végétatif des femmes pour déterminer le type de réaction à la douleur.
  • Analyse sur bacposev pour identifier l'agent causal possible de l'infection à l'origine du processus inflammatoire.
  • Test sanguin général et biochimique, déterminé par le nombre de leucocytes, la RSE et une éventuelle carence en magnésium.
  • Analyse du fond hormonal dans la deuxième phase du cycle menstruel pour étudier l'équilibre des hormones sexuelles mâles et femelles.
  • L'examen échographique des organes pelviens pour éliminer la présence de tumeurs, d'anomalies de la structure des organes génitaux, d'inflammation ou d'adhérences est effectué du 7 au 10 du jour du cycle.
  • TDM ou IRM en cas de doute sur les résultats de l'échographie.
  • Hystéroscopie en cas de suspicion de fibromes utérins, d’endométrite ou de polypes.

Le diagnostic différentiel est très important car l’algodimenorrhée doit être distinguée des pathologies suivantes du corps de la femme:

  • jambes tordues de kystes ovariens,
  • une crise d'appendicite,
  • maladies du côlon.

Un diagnostic correct et opportun détermine un schéma thérapeutique adéquat, sélectionné en fonction des causes de la dysménorrhée.

Le traitement par l'algoménorrhée est principalement associé au soulagement de la douleur. A cette fin, une large gamme de médicaments est utilisée, le médecin traitant vous aidera à faire le choix:

  • No-spa et ses analogues: peuvent être utilisés sous forme de comprimés (20-30 mg 2 à 3 fois par jour), d'injections (jusqu'à 200 mg par jour) ou de suppositoires 2 à 3 fois par jour.
  • Ketorol (Ketanov) - 1 comprimé par jour.
  • Le diclofénac et ses analogues (Voltaren, Naklofen et autres) peuvent également être utilisés sous différentes formes posologiques.
  • Ibuprofène - pilules ou bougies.

Maintenant, les pharmacies ont beaucoup d'analgésiques, mais beaucoup d'entre elles ont des effets secondaires et des conséquences désagréables, donc une femme ne devrait pas choisir un médicament elle-même.

Dans la forme secondaire de l’algoménorrhée, il est important de procéder au traitement de la maladie sous-jacente qui a provoqué une douleur pendant la menstruation.

Pilules contraceptives

Les contraceptifs oraux sont prescrits pour réguler le cycle menstruel et réduire la douleur pendant la menstruation. Le choix du médicament est basé sur le fond hormonal de la femme et son phénotype. Les plus efficaces sont Regulon, Jess, Novinet et d’autres.

Le schéma thérapeutique comprend nécessairement des vitamines:

  • acide folique - 1 comprimé 3 fois par jour pendant un mois,
  • vitamine E - une capsule par jour au cours des quatre dernières semaines du cycle, pendant quatre cycles,
  • acide ascorbique - 2 comprimés 2 fois par jour.

Physiothérapie, etc.

Le traitement des menstruations douloureuses est effectué non seulement avec des médicaments, mais également par d'autres méthodes. Donc, l'effet positif est donné par la physiothérapie, et le traitement doit être commencé le plus tôt possible. Les méthodes physiothérapeutiques aident bien à la première forme de pathologie, au début de l'adolescence.

Les méthodes suivantes les plus efficaces:

  • thérapie magnétique sur l'utérus et les appendices,
  • amplipulse, nommé avant et pendant les règles dans la région pelvienne,
  • électrostimulation anesthésique,
  • échographie sur la région lombaire.

Après avoir consulté un médecin pour une pathologie facile à exprimer, des remèdes populaires peuvent également être utilisés, mais uniquement en association avec d’autres méthodes thérapeutiques: il peut s’agir d’une décoction de prêle, d’élecampane et de diverses préparations à base de plantes.

Prévention des CMN sur le type d'algoménorrhée

Dans la prévention de l'algoménorrhée, la correction du mode de vie, le rejet des mauvaises habitudes et la révision du régime alimentaire sont importants:

  • une femme souffrant de douleurs récurrentes devrait cesser complètement de fumer,
  • il est nécessaire de réguler les activités physiques et sportives, d'éviter les surtensions excessives dans la seconde moitié du cycle,
  • observer le régime de travail et de repos,
  • limiter le nombre de tasses de café par jour,
  • normaliser le sommeil
  • suivre le poids
  • inclure dans le régime alimentaire davantage d’aliments végétaux riches en vitamines et en fibres,
  • mener une vie active, aller à la piscine, nager, faire de l’aérobic aquatique et d’autres procédures aquatiques,
  • essayez d'éviter les surcharges nerveuses et émotionnelles.

Et voici comment traiter la vaginose bactérienne.

L'algoménorrhée, n'étant pas une maladie systémique, peut avoir des conséquences très désagréables pour une femme. Des accès de douleur cycliques pérennes peuvent entraîner de graves troubles nerveux, un déséquilibre hormonal. En outre, les règles douloureuses peuvent être le symptôme de pathologies graves du système urogénital. Par conséquent, lors des premières crises de douleur, consultez un spécialiste.

Vidéo utile

Pour les symptômes et le traitement de l'algoménorrhée, voir cette vidéo:

La cervicite aiguë, presque imperceptible, peut causer beaucoup de problèmes. Les raisons en sont les infections, l'affaiblissement de l'immunité, ainsi que le non-respect des règles d'hygiène. Les symptômes apparaissent si la cervicite est le reflet d'une autre maladie. Le traitement est complexe.

Comme 90% des personnes souffrent d'herpès, transmis sexuellement ou par le mucus, une exacerbation peut survenir à tout moment. Si l'herpès génital est diagnostiqué chez les femmes, il ne peut y avoir de guérison complète. Néanmoins, il vaut la peine de tout faire pour que cela ne devienne pas récurrent.

Une annexite aiguë se développe en raison d'une hypothermie, de bactéries et d'autres causes. Les symptômes peuvent être à la fois cachés et manifester une douleur aiguë. Le traitement peut être effectué à l'hôpital et à la maison.

Traitement de la gonorrhée chez les femmes, selon la forme - initiale, chronique. Parfois, vraiment se débarrasser d'un seul comprimé. Dans la forme chronique, un schéma est sélectionné parmi divers antibiotiques - Ceftriaxone, Azithromycine, Bicilline et d’autres médicaments.

Causes de la dysménorrhée

Une condition aussi normale pour une femme adulte que la menstruation peut devenir non seulement un problème médical désagréable, mais aussi avoir une signification sociale. La détérioration de la qualité de vie associée à la dysménorrhée entraîne une incapacité temporaire chez 80 à 85% de la population féminine à partir de l'école. Chez les adolescents, le syndrome douloureux prononcé pendant la menstruation survient dans 40 à 75% des cas et augmente chaque année. Presque une femme sur deux à un jeune âge présente des manifestations de dysménorrhée, qui diminuent progressivement avec l'âge ou disparaissent complètement après l'accouchement. À l'âge adulte, les douleurs menstruelles sont le plus souvent associées à une pathologie génitale acquise.

La gravité des manifestations de la maladie dépend des conditions de vie et de travail. Les femmes qui ne reçoivent pas une alimentation adéquate et qui effectuent un travail physique pénible, y compris les sportives, souffrent de douleurs menstruelles beaucoup plus souvent que les autres. Des facteurs externes indésirables peuvent également conduire à la mise au point d'un processus pathologique. Souvent, l'hypothermie, les maladies infectieuses, les blessures, les situations stressantes, les interventions chirurgicales sur les organes génitaux contribuent à l'apparition de la maladie. Les mauvaises habitudes, en particulier la dépendance à la nicotine, augmentent plusieurs fois le risque de dysménorrhée à un jeune âge.

Il existe une prédisposition génétique au développement de troubles menstruels. Chez environ 30% des femmes atteintes de dysménorrhée, la fille souffre de la même maladie. Un rôle important dans l'apparition de la douleur menstruelle joue un rôle émotionnel. Les filles et les femmes sujettes à une dépression sévère sont plus susceptibles de souffrir de dysménorrhée et de syndrome prémenstruel.

Formes cliniques

Très souvent, les saignements menstruels modifient complètement le rythme de la vie quotidienne. Parfois, les journées «critiques» sont si critiques qu'elles obligent une femme à rester plusieurs jours au lit souffrant de douleur. Selon l'intensité de la douleur, il existe trois formes de la maladie:

  • Les douleurs menstruelles légères ne perturbent la femme que le premier jour du début de la menstruation, ne sont pas accompagnées de troubles de l'autonomie et n'entraînent pas de perturbation de l'activité vitale. Cette forme de la maladie est plus répandue parmi la population féminine et, malgré une évolution relativement modérée, en l’absence d’attention suffisante pour leur santé, elle peut s’aggraver avec le temps.
  • Des crampes menstruelles bénignes sont observées plusieurs jours après le début des règles et sont accompagnées de troubles systémiques (maux de tête, évanouissements, crampes, nausées, vomissements, diarrhée, mictions fréquentes, ballonnements, nervosité, insomnie). La performance est considérablement réduite et la prise de médicaments est généralement nécessaire pour maintenir une activité complète.
  • Des douleurs menstruelles sévères se développent dès le début de la menstruation et durent jusqu'à 5 à 7 jours, ont un caractère débilitant prononcé, accompagnées de toute une gamme de troubles systémiques. L'efficacité est généralement complètement perdue, même en prenant des analgésiques.

En pratique clinique, on distingue la dysménorrhée primaire (spastique) et secondaire (organique), caractérisée par un mécanisme de développement.Dans la dysménorrhée primaire, la pathologie gynécologique organique est généralement absente. Les douleurs pelviennes associées à la dysménorrhée secondaire sont des maladies inflammatoires ou néoplasiques des organes génitaux: endométriose, kystes ovariens, salpingite chronique, oophorite, annexite, adénomyose, polypose, sténose cervicale, malformations génitales, infections bactériennes, virales et fongiques. Aussi, provoque assez souvent une contraception intra-utérine contre les douleurs menstruelles.

Dysménorrhée secondaire

Les causes les plus courantes de dysménorrhée secondaire sont l'endométriose génitale et les maladies inflammatoires chroniques des organes de la reproduction (annexite, salpingoophorite). Le mécanisme de la douleur dans la dysménorrhée secondaire n’est pas très différent de celui de la primaire. La principale différence est l'aggravation du cours de la maladie sous l'action de troubles morpho-fonctionnels des organes de l'appareil reproducteur.

Dans les maladies inflammatoires, des médiateurs inflammatoires sont libérés, ce qui affecte également les terminaisons nerveuses pendant le cycle menstruel. Avec la participation des organes environnants dans le processus pathologique, des adhérences se forment, une fibrose tissulaire se produit, ce qui provoque une douleur lors de leur déplacement et une tension. Au cours des processus tumoraux et des modifications kystiques, les tissus environnants sont compressés par la croissance. La formation d'obstacles sur le trajet du sang menstruel contribue à son accumulation dans l'utérus et un flux inverse se produit à travers les trompes de Fallope avec épanchement dans la cavité abdominale. Sensation d'éclatement, de brûlure au bas ventre et aux organes génitaux externes, douleur accrue lors du changement de position du corps, irradiation au bas du dos, reins, vessie, épigastrium peuvent accompagner la période de saignements menstruels et même durer plusieurs jours après. Mensuelle généralement abondante, avec un grand nombre de caillots, longue. Les douleurs sont plus souvent de nature acyclique et inquiètes tout au long du cycle, augmentant au cours de l'ovulation et du début de la menstruation. Le reste du temps, des douleurs constantes dans le bas du dos et le bas de l'abdomen, accompagnées de sécrétions anormales des voies génitales, épuisent en grande partie la femme et aident à réduire le seuil de douleur. Une des manifestations de la dysménorrhée secondaire peut être une dyspareunie (douleur pendant les rapports sexuels), qui affecte non seulement la santé physique mais aussi la santé mentale de la femme.

En cas d'inflammation récurrente chronique, le syndrome douloureux peut augmenter plusieurs fois au cours de la période prémenstruelle et s'atténuer avec le début des règles. Outre la douleur, le patient peut s'inquiéter de l'augmentation de la température corporelle et des effets d'intoxication associés à une exacerbation du processus inflammatoire.

Chez la femme adulte souffrant de dysménorrhée, les symptômes associés dépendent de son état physique et concernent le plus souvent les systèmes cardiovasculaire et nerveux. En outre, ces femmes sont plus susceptibles aux troubles dépressifs et ont une humeur psycho-émotionnelle instable et prononcée.

Traitement de la dysménorrhée

Le traitement des menstruations douloureuses est principalement pharmacologique et vise à corriger les perturbations hormonales. La douleur dans la dysménorrhée est efficacement éliminée par l'utilisation d'inhibiteurs de la synthèse de prostaglandines et de contraceptifs oraux. Les médicaments hormonaux combinés créent les niveaux élevés nécessaires de progestérone, qui bloquent la synthèse des prostaglandines lors des saignements menstruels. L'utilisation de contraceptifs oraux a un effet positif sur diverses violations du cycle menstruel-ovarien, contribue à sa normalisation, réduit la force et la fréquence des contractions utérines, réduit la pression intra-utérine, ce qui améliore le flux sanguin vers les organes pelviens et la dysménorrhée disparaît ou devient moins prononcée. Cependant, lors de la prescription d'un traitement pour les jeunes femmes, songez à vouloir devenir enceinte dans un proche avenir.

Les agents pathogènes pour le traitement de la dysménorrhée sont des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Leur action est basée sur l'interruption du lien principal du syndrome douloureux - le blocage de la formation de prostaglandines et de cytokines pro-inflammatoires. L'efficacité de l'utilisation de drogues dans cette série atteint 80%. En outre, ils se sont révélés très efficaces en tant que traitement intégré des maladies inflammatoires chroniques. Récemment, on a préféré les bloqueurs sélectifs de la cyclooxygénase (nimésulide) aux non sélectifs. La posologie et la durée du médicament dépendent de la gravité de la maladie et des symptômes, un traitement est prescrit pour prévenir (quelques jours avant le début des règles) ou soulager les symptômes (avec l'apparition de la douleur).

Pour réduire l'activité contractile du myomètre, des préparations antispasmodiques (no-spa), bloquant les canaux calciques (vérapamil) et du magnésium (magnésium B6) sont utilisées. La relaxation des muscles lisses sous l'action de ces médicaments se produit non seulement dans l'utérus, mais également dans d'autres organes, en particulier l'estomac et les intestins, ce qui affaiblit les symptômes de la dysménorrhée et de son action polysystémique positive. Les vitamines du groupe B ont un effet positif sur le système nerveux en augmentant la résistance aux stimuli de la douleur.

Les méthodes de psychothérapie et de psychocorrection sont très efficaces, affectant la sphère émotionnelle et éliminant le facteur psychologique de la douleur. Les méthodes physiothérapeutiques sont également très populaires.

Dans le traitement de la dysménorrhée secondaire, en plus de toutes les méthodes susmentionnées, il est impératif de prendre des mesures thérapeutiques concernant la maladie sous-jacente.

Pour prévenir la dysménorrhée, vous devez organiser correctement votre régime de sommeil et de repos, éviter les gros efforts physiques au cours de la seconde moitié du cycle menstruel, abandonner les mauvaises habitudes et non le surmenage, éviter le stress physique et mental excessif. Une bonne nutrition avec une prédominance d'aliments contenant des vitamines B1, B6 et E est l'un des éléments importants de la prévention de la dysménorrhée. Au cours du mois devrait s'abstenir d'utiliser des boissons toniques, du chocolat et des aliments lourds gras et salés. Quelques jours avant la menstruation, vous pouvez préparer des thés aux herbes diurétiques et apaisants, de l'origan, de la mélisse, de la menthe et de la camomille. Les cours avec un effort physique modéré, comme le yoga ou la danse, contribuent au développement physique harmonieux, augmentent la circulation sanguine dans le pelvis et empêchent le développement de l'hypoxie.

Quels sont les déclencheurs / causes de l’algodysménorrhée secondaire:

L'endométriose est l'une des causes les plus courantes. Cependant, la douleur dans cette pathologie est possible tout au long du cycle menstruel et peut augmenter de 2 à 3 jours avant la menstruation. Ils ne sont souvent pas des crampes, mais douloureux avec l'irradiation à la région rectale. La douleur n'est pas accompagnée d'une "tempête végétative" (vomissements, nausées, transpiration, diarrhée). L’examen gynécologique, en fonction de la localisation et de la distribution des hétérotopies endométrioïdes, détermine l’épaississement et la douleur des ligaments sacro-utérins, la douleur liée au déplacement de l’utérus, l’augmentation des appendices utérins, la modification de l’utérus et des ovaires avant la menstruation et leur diminution.

Si les formes courantes de l'endométriose ne présentent pas de difficultés particulières pour le diagnostic, les formes dites petites ne peuvent être diagnostiquées que lors d'un examen laparoscopique. La fréquence de l’algoménorrhée associée à de petites formes d’endométriose atteint 72%. Cette forme d'endométriose présente de très rares symptômes cliniques. La douleur pendant les règles est légère et les femmes n’y attachent souvent pas beaucoup d’importance. Surtout souvent, cette forme d'endométriose a été diagnostiquée ces dernières années lors de l'examen de femmes souffrant d'infertilité.

L'algoménorrhée peut survenir chez les femmes utilisant des contraceptifs intra-utérins (DIU). Chez ces femmes, la concentration de prostaglandines dans l’endomètre est considérablement accrue et elle est clairement en corrélation avec le contenu en macrophages de l’endomètre lors de l’utilisation du DIU. L'algoménorrhée n'est pas observée lorsque le DIU contient de la progestérone (par exemple, progestasert). Ceci s'explique par une diminution de l'activité contractile de l'utérus sous l'influence de l'hormone du corps jaune.

La menstruation s'accompagne de crampes aiguës dans les myomes sous-muqueux de l'utérus. La douleur survient également dans les noeuds myomateux nasaux, lorsque le noeud atteint l'os interne et que les contractions utérines sont poussées à travers le canal cervical.

La douleur pendant la menstruation peut être causée par des larmes au dos du ligament large de l'utérus (syndrome d'Alain-Masters) et des varices pelviennes. Les larmes du feuillet postérieur du ligament large se produisent pendant le travail traumatique (grand fœtus, accouchement rapide, imposition de forceps obstétricaux), avec une dilatation grossière du canal cervical lors d'un avortement artificiel ou du curetage diagnostique de la muqueuse utérine. Les varices du bassin peuvent être le résultat de processus inflammatoires et adhésifs et de la grossesse, qui violent la circulation sanguine dans les organes pelviens. Un processus systémique est possible, car les femmes atteintes de varices du pelvis ont souvent des veines hémorroïdaires dilatées et des veines des membres inférieurs.

L'algoménorrhée secondaire est observée chez les femmes atteintes de malformations génitales qui entravent la circulation du sang menstruel (corne utérine fermée supplémentaire, vagin fermé supplémentaire, etc.). Avec les malformations des organes génitaux, la douleur de la menstruation augmente avec le temps de la ménarche, les patientes sont généralement jeunes.

Les processus inflammatoires chroniques dans le petit bassin avec la formation d’adhésions entre la couverture péritonéale de l’utérus et les organes adjacents peuvent être l’une des causes de l’algodiménorrhée secondaire. Un examen vaginal des organes pelviens peut révéler une sensibilité, une augmentation de l'utérus et une mobilité limitée.

Diagnostic de l’Algodismenorrhea secondaire:

Les causes des menstruations douloureuses sont établies avec une histoire soigneusement recueillie, en tenant compte de l'âge du patient et des maladies gynécologiques transférées.

Dans le diagnostic différentiel de l'algodiménorrhée primaire et secondaire, l'échographie est importante, car elle permet de diagnostiquer diverses pathologies intra-utérines. L'utilisation d'un agent de contraste lors d'une échographie transvaginale (hydrosonographie) facilite le diagnostic d'une pathologie intra-utérine. Un diagnostic plus précis des malformations utérines qui entravent la circulation du sang menstruel fournit un examen radiologique de l'utérus avec l'introduction d'un agent de contraste - l'hystérosalpingographie.

L'hystéroscopie et la laparoscopie sont utilisées non seulement à des fins de diagnostic, mais également à des fins thérapeutiques. La laparoscopie est souvent la seule méthode de diagnostic des petites formes d’endométriose externe: varices du bassin, adhérences, rupture des feuilles des ligaments larges.

Traitement de l'algoménorrhée secondaire:

Le traitement de l'algoménorrhée secondaire est déterminé par la pathologie organique de l'appareil reproducteur, ce qui a entraîné une algoménorrhée secondaire.

Les maladies organiques de l'appareil reproducteur, entraînant une dysménorrhée secondaire, nécessitent souvent un traitement chirurgical.

Traitement des malformations de l'utérus et du vagin chirurgical. La détection et le traitement opportuns des malformations de l'utérus et du vagin empêchent la coulée rétrograde du sang menstruel dans la cavité abdominale et le développement de l'endométriose. L'endoscopie (hystéroscopie) permet la dissection chirurgicale du septum intra-utérin transcervical, à travers le canal opératoire de l'endoscope ou l'hystorésectoscope.

Avec un diagnostic non spécifié, l'utilisation prolongée d'analgésiques et de tranquillisants est inacceptable.

Quels médecins devraient être consultés si vous avez une algodysménorrhée secondaire:

Quelque chose te tracasse? Voulez-vous connaître des informations plus détaillées sur l’Algodysménorrhée secondaire, ses causes, ses symptômes, ses méthodes de traitement et sa prévention, l’évolution de la maladie et son régime alimentaire après celle-ci? Ou avez-vous besoin d'une inspection? Vous pouvez prendre rendez-vous avec le médecin - clinique Eurolaboratoire toujours à votre service! Les meilleurs médecins vous examineront, examineront les signes extérieurs et vous aideront à identifier la maladie en fonction des symptômes, vous consulteront et vous fourniront l'aide et le diagnostic nécessaires. Vous pouvez aussi appeler un docteur à la maison. Clinique Eurolaboratoire ouvert pour vous autour de l'horloge.

Comment contacter la clinique:
Le numéro de téléphone de notre clinique à Kiev: (+38 044) 206-20-00 (multicanal). Le secrétaire de la clinique vous choisira un jour et une heure convenables pour la visite chez le médecin. Nos coordonnées et directions sont indiquées ici. Regardez plus en détail tous les services de la clinique sur sa page personnelle.

Si vous avez terminé des recherches Assurez-vous de prendre leurs résultats à une consultation avec un médecin. Si les études ne sont pas effectuées, nous ferons tout ce qui est nécessaire dans notre clinique ou avec nos collègues d’autres cliniques.

Et vous Vous devez faire très attention à votre santé en général. Les gens ne paient pas assez d'attention symptômes de la maladie et ne réalisez pas que ces maladies peuvent mettre la vie en danger. Il existe de nombreuses maladies qui, au début, ne se manifestent pas dans notre corps, mais finalement, il est malheureusement trop tard pour les soigner. Chaque maladie a ses propres signes, manifestations externes caractéristiques - le soi-disant symptômes de la maladie. L’identification des symptômes est la première étape du diagnostic des maladies en général. Pour cela, vous avez juste besoin de plusieurs fois par an. être examiné par un médecin, non seulement pour prévenir une terrible maladie, mais également pour maintenir un esprit sain dans le corps et dans l’ensemble du corps.

Si vous souhaitez poser une question à un médecin - utilisez la section de consultation en ligne, peut-être trouverez-vous les réponses à vos questions et lisez-vous conseils de soins personnels. Si vous êtes intéressé par des critiques concernant des cliniques et des médecins, essayez de trouver les informations voulues dans la section Tous les médicaments. Inscrivez-vous également sur le portail médical. Eurolaboratoire, pour être constamment mis à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour sur le site, qui vous seront automatiquement envoyées par courrier.

Causes de l'algoménorrhée

Le cycle menstruel est formé avec la participation de tous les systèmes les plus importants du corps, de sorte que la cause de l'algoménorrhée peut être à la fois dans l'utérus et les appendices, et bien au-delà des organes génitaux.

L'algoménorrhée secondaire apparaît après une période de règles normales et est toujours associée à une pathologie gynécologique. On le trouve parmi les symptômes de l'endométriose externe ou interne, les processus infectieux-inflammatoires de la région pelvienne (endométrite, salpingo-ovariose), les fibromes utérins sous-muqueux (sous-muqueux), les polypes de l'endomètre, les adhérences et autres maux. Ils sont la cause des douleurs menstruelles. Il y a des cas d'algoménorrhée sur le fond du dispositif intra-utérin.

L'algoménorrhée chez les adolescentes a un caractère primaire, apparaît avec les premières menstruations avec un utérus et des appendices «sains». Ses causes sont classiquement classées en groupes:

- Mécanique: les douleurs menstruelles peuvent être associées à des malformations des organes génitaux: fusion partielle ou complète (atrésie) du canal cervical, mauvaise position de l'utérus ou de son sous-développement. La présence d'anomalies dans le développement des organes génitaux entraîne une difficulté de libre circulation du sang menstruel, celui-ci s'accumule dans la cavité utérine, l'étire et provoque des douleurs.

- Endocrinien: des réductions excessives des muscles utérins, entraînant une ischémie, sont associées à une synthèse altérée des prostaglandines, composés biologiquement actifs contrôlant la contractilité des muscles lisses.

- Hormonale: une algodysménorrhée apparaît souvent sur fond de dysfonctionnement hormonal en cas d'insuffisance de la seconde phase (lutéale). L'apparition d'une douleur est due à l'influence excessive d'œstrogènes avec une concentration insuffisante de progestérone.

- Constitutionnelle: avec l'infantilisme sexuel, l'utérus est hypoplastique et ses muscles sont sous-développés et mal étirés en raison de l'accumulation de sang menstruel.

- Neuropsychogénique: des règles douloureuses apparaissent souvent chez les filles présentant un psychisme labile et un seuil de douleur bas.

Il convient de noter que le concept de douleur pendant les règles chez différentes patientes n’est pas le même. Il est déterminé par le seuil de douleur individuel. Si l'examen du patient atteint d'algodiménorrhée ne révèle pas de pathologie organique, aucun symptôme systémique associé et l'évolution de l'intensité de la douleur, nous pouvons parler des caractéristiques physiologiques de la perception de la douleur.

Symptômes et signes de l'algoménorrhée

L'algoménorrhée primaire est plus souvent diagnostiquée chez les jeunes femmes et les filles d'asthène asthénique qui ont un poids insuffisant et sont labiles. Les douleurs menstruelles secondaires sont plus caractéristiques chez les patientes qui ont dépassé la frontière des 40 ans, qui ont des antécédents d'avortements, de maladies gynécologiques et de chirurgies qui souffrent d'infertilité depuis longtemps.

Comme déjà mentionné, l'algodysménorrhée primaire et secondaire présentent plusieurs différences significatives pour le diagnostic:

- l'heure d'apparition et l'âge des patients.La douleur menstruelle de la genèse primaire se produit dans la période allant de la première menstruation jusqu'à la formation d'un cycle complet en deux phases avec ovulation. Habituellement, cette période ne dépasse pas un an et demi.

L'algoménorrhée secondaire se manifeste chez un plus grand nombre de femmes adultes et est toujours précédée par une période de cycles menstruels normaux.

- la présence d'une pathologie gynécologique concomitante. L'algoménorrhée primaire fait référence à des états fonctionnels et n'a aucune cause organique. Lors de l'examen des filles présentant des douleurs menstruelles primaires, les maladies gynécologiques ne sont pas détectées, mais de nombreux troubles systémiques (non génitaux) de nature fonctionnelle sont diagnostiqués. Pour une patiente sur deux, la combinaison de la douleur menstruelle et des symptômes du syndrome prémenstruel (SPM) est caractéristique.

L'algoménorrhée secondaire est toujours accompagnée de signes de lésion organique des organes génitaux et est considérée comme l'un de ses symptômes.

- signes de dysfonctionnement systémique. L'algoménorrhée primaire est toujours associée aux manifestations cliniques de la perturbation des systèmes métabolique, endocrinien, nerveux, végétatif et psychoémotionnel. L’algénémorrhée secondaire peut aussi être accompagnée de telles violations, mais elles apparaissent toujours dans le contexte de la maladie gynécologique principale.

Le signe clinique principal et constant d'algoménorrhée de toute origine est la douleur menstruelle. En règle générale, elles commencent à la veille (12 heures) de la période menstruelle suivante ou coïncident avec l'apparition des saignements menstruels. La durée de la douleur varie généralement entre deux heures et deux jours, parfois des douleurs accompagnent toute la période menstruelle.

Le syndrome douloureux peut maintenir l'intensité et la durée de nombreuses années sans progression, auquel cas l'algodisménorrhée est considérée compensée.

Parfois, la nature de la douleur au fil du temps s’aggrave, des symptômes cliniques pathologiques concomitants apparaissent, puis l’algoménorrhée se transforme en une décharge de maladie décompensée.

Les douleurs menstruelles sont également classées en fonction de leur gravité.

Le premier degré, léger, d'algoménorrhée est caractérisé par une douleur pelvienne modérée au cours du saignement menstruel. Les sensations douloureuses des patients sont généralement caractérisées par des sensations de tiraillement, de douleur et de courte durée. Elles sont parfois associées à l'inconfort habituel au cours de la période menstruelle, qui ne rompt pas le rythme de vie habituel. Les comprimés anesthésiques avec l’algoménorrhée du premier type ne sont pas nécessaires. Ce degré de maladie n'a souvent pas tendance à progresser. Les patients perçoivent souvent une telle algodisménorrhée comme une menstruation normale et, si leurs symptômes ne s'aggravent pas avec le temps, ne demandez pas l'aide d'un spécialiste.

Le deuxième degré modéré d'algoménorrhée se manifeste par une douleur pelvienne plus intense associée à d'autres symptômes systémiques. Si l’algoménorrhée est secondaire, ainsi que des douleurs pelviennes, des signes de la maladie sous-jacente apparaissent. La douleur affecte le bien-être du patient et nécessite par conséquent une correction médicale. Les analgésiques classiques pour l’algodménorrhée au deuxième degré soulagent rapidement la douleur et ont un effet positif sur le bien-être général.

Le troisième degré grave d'algoménorrhée est caractérisé par des douleurs menstruelles atroces sur fond de troubles systémiques graves. Le patient perd l'opportunité de mener une vie familière, il est forcé de passer tout son temps au lit. Les pilules prises indépendamment avec l'algoménorrhée grave ne soulagent pas.

Le diagnostic des causes de l’algoménorrhée commence par une recherche des causes organiques. Après avoir étudié les plaintes et examen gynécologique effectué des recherches en laboratoire. Il comprend des tests (frottis, cultures et autres) pour détecter la présence d'une infection et une étude du contenu des principales hormones (FSH, LH, œstrogènes, progestérone et autres). Afin d'évaluer l'état de l'utérus et des appendices, ainsi que l'état des organes pelviens adjacents, une échographie et une hystéroscopie sont effectuées. Dans les situations cliniques difficiles, une laparoscopie diagnostique est nécessaire.

Si, après une recherche diagnostique complète, aucune pathologie gynécologique organique n'est détectée, l'algodisménorrhée est corrélée à un trouble physiologique et est considérée comme primaire.

Traitement de l'algoménorrhée

L’approche du traitement de l’algoménorrhée primaire et secondaire est inégale. Pour éliminer l'algodysménorrhée secondaire, il est nécessaire de guérir la maladie sous-jacente. Pendant la durée du traitement, les analgésiques soulagent les douleurs menstruelles.

Le traitement primaire de l’algodiménorrhée implique la correction de tous les troubles systémiques existants. Il s’agit donc d’un long processus. Il n'existe pas de schéma thérapeutique universel: chaque patient est compilé personnellement en fonction du degré de douleur et de la nature des manifestations systémiques qui l'accompagnent.

Pour le traitement de l’algoménorrhée primaire, utilisez:

- Anti-inflammatoires non stéroïdiens: Nimesil, Naproxen, Indomethacin, Ibuprofen, Aspirin et autres. Ils bloquent la synthèse excessive de prostaglandines, réduisant ainsi l'intensité de la douleur. En cas de douleurs intenses, il est conseillé de prescrire ces fonds deux jours avant le début du mois pour prévenir les douleurs intenses.

- Analgésiques et antispasmodiques pour des effets directs sur les muscles utérins: No-shpa, Baralgin, Spazmalgon et analogues.

- Vitamines "Unicap", "Multitabs", "Dekamevit".

- Tranquillisants et sédatifs: tazépam, teinture de valériane et autres.

- Antioxydants: Vitamine E en mode continu pendant longtemps.

- Préparations à base de sels de magnésium: Magne-B6 et analogues. Il est établi que le magnésium est impliqué dans la transmission de l'influx nerveux et dans la formation du mécanisme de contraction musculaire. Dans l'algoménorrhée primaire, il existe une déficience.

- médicaments hormonaux. Nommé pour les filles présentant des signes de dysfonctionnement hormonal et une insuffisance de la phase lutéale du cycle. Un examen hormonal est d'abord effectué et le cycle menstruel est ajusté en fonction de sa conclusion.

Si la quantité d'œstrogène reste dans la plage normale, le déficit de la phase lutéale est compensé par les gestagènes. L'algoménorrhée sévère sur le fond d'un excès d'oestrogène nécessite la nomination d'agents hormonaux monophasiques: Logest, Lindinet, Janine et autres.

Le traitement homéopathique de l’algoménorrhée primaire gagne en popularité. La physiothérapie est également utilisée en association avec des médicaments.

Des tactiques thérapeutiques bien choisies aident à soulager les patients souffrant de douleurs menstruelles.

Pin
Send
Share
Send
Send